Dans le journal Marianne de la semaine dernière, le journaliste Philippe Manière voit une contradiction entre le développement durable et la performance ; ah bon ?! Pourquoi y aurait-il contradiction entre le fait de vouloir protéger la planète, le principe de précaution et l’efficacité économique? Justement, c’est complémentaire!
La façon actuelle de se développer est précisément inefficace et peu rentable donc, peu performante. L’efficacité serait donc du côté du gaspillage et du pillage ? Manifestement, la vision du développement durable, de tout à chacun, est à changer. Il est impératif de sortir de l’image totalement inadaptée du « retour à la bougie» ; le développement pour être durable doit être encore plus performant puisqu’il doit créer de la valeur économique à partir de ressources limitées, voir finies ; tout en garantissant au minimum, une qualité de vie décente à chaque habitant de la planète.
Un seul exemple : Dove Charney, créateur dirigeant d’American Apparel, 2500 personnes, 1er producteur américain de tee shirt. Il vend des produits issus de filière coton « bio », tout en rémunérant ces employés bien au-delà des minimums californiens requis. Ses boutiques fleurissent aux Etats-Unis et en Europe. Il faut certainement de la performance à tous les niveaux pour être le 1er dans sa catégorie, tout en créant de la valeur, en ayant une politique sociale très avancée et en prenant soin de préserver la planète !