La tour à vent est une invention perse qui date de plusieurs siècles. Il s'agit d'un système qui provoque la circulation de l'air dans un bâtiment pour le rafraîchir, généralement en provenance d'une zone souterraine comme une cavité abritant un cours d'eau souterrain. Ca ressemble à notre puit canadien (ou plutôt provencal) mais sans la moindre énergie pour le faire fonctionner.

Dans le même genre, la cheminée solaire provoque elle aussi la circulation de l'air ; mais en en accélérant le processus d’extraction et toujours sans énergie. La cheminée est conçue pour chauffer l’air grâce à l’énergie solaire, ce qui provoque naturellement son ascension et son expulsion par la cheminée. Cette dépression crée l'aspiration d'un air rafraichi par sa circulation dans le sol.

L'investissement est conséquent mais en vaut la peine sur le plan écologique ; particulièrement dans les régions tempérées, où ces systèmes peuvent suffire pour éviter totalement le recours à une climatisation classique dont on connaît le coût environnemental.

Un premier bâtiment, associant ces deux systèmes est en cours de construction à New Delhi, au Centre for Science and Environment (CSE). L'idée d'associer les deux systèmes est celle d'un ingénieur mécanicien de Jaipur, M. Jyotirmay Mathur, qui travaille au Malaviya National Institute of Technology et de Rajeev Kathpalia, qui travaille à Ahmedabad pour Vastu Shilpa Consultant, un cabinet d'architecture basé à Ahmedabad.