La loi « grenelle I » est passée, et pratiquement à l’unanimité ; il y aurait mauvaise grâce à ne pas se réjouir de ce consensus politique.
Pour autant, si les grandes lignes sont ainsi posées, la question du financement reste toujours en suspend et les perspectives économiques suscitent légitement quelques craintes. Il reste encore la loi « Grenelle 2 » et le dédale des décrets d’application où plus d’une volonté politique ambitieuse se sont embourbées ; sans parler de « l’effet Bercy » qui, pour des raisons budgétaires risque de tout bloquer…

La France aura alors à faire le choix de l’équilibre budgétaire bêtement « comptable », ou le choix d’une véritable « croissance verte » capable de favoriser l’investissement de long terme sur des technologies créatrices de valeur. Nul doute que la « green business » en a tout le profil !