Conscient des pénuries d'énergie qui s'annoncent et des dommages de la pollution, le maire de Shanghai s'est investi dans ce projet avec une grande détermination. Dès 2010, elle accueillera 50 000 personnes, exposition universelle oblige.

La ville bénéficiera des dernières innovations techniques en matière d'aménagement urbain. Pour atteindre l'autonomie énergétique, elle produira sa propre énergie à base d'éolien, de solaire, mais également d'agrocarburants ( On ne peut pas être bon de partout ! …).
Une circulation automobile "douce" sera mise en place et les espaces verts couvriront les deux tiers du site. Des piles à combustibles à hydrogène alimenteront les transports publics afin d'atteindre, au plus près, la neutralité carbone en matière de déplacement. Ses habitants pourront se nourrir de produits bio, cultivés en périphérie. Estimée au départ plus coûteuse que les JO - dont le budget total a atteint 1,6 milliard de dollars -, Dongtan a finalement nécessité un budget initial de 1,3 milliard de dollars. Ses partisans comptent beaucoup sur la venue d'entreprises et d'investisseurs pour assurer la viabilité du projet. Les laboratoires de recherche et l'industrie high-tech sont déjà courtisés !

Ce projet ne fait pourtant pas l’unanimité ; des critiques s'élèvent et dénoncent la création d'une vitrine verte en Chine. Sur le plan environnemental, Dongtan a été implantée sur une zone marécageuse. Certaines associations pointent du doigt l'important et régulier entretien que nécessitera ce choix d'emplacement et déplore son coût. Projet pilote pour la Chine, Dongtan permettra au monde de voir sous ses yeux le fonctionnement d'une ville entièrement pensée dans le respect de l'environnement. Une vision qui pourrait inspirer d’autres municipalités encore hésitantes.