L'énergie solaire est, de loin, la forme d'énergie la plus largement disponible sur Terre. Une minute d’ensoleillement sur la planète correspond à une année de consommation d’énergie mondiale !

L'hydrogène est, quant à lui, une source d'énergie particulièrement intéressante, compte tenu de sa densité énergétique, et sa combustion ne libère que de la chaleur et de l'eau. Le succès des chercheurs Allemands ouvre de nouvelles possibilités de stockage de l'énergie solaire sous forme d'hydrogène par la décomposition thermochimique solaire de l'eau.

Dans ces réacteurs, l'eau est décomposée en hydrogène et en oxygène à l'aide de l'énergie solaire, sans passer par la production de courant électrique comme c’est le cas habituellement : on produit de l’électricité par le photovoltaïque ou l’éolien ; l’électricité produite sert ensuite à électrolyser l’eau pour obtenir de l’hydrogène. C’est long et coûteux. Dans le cas présent, on arrive au même résultat, mais sans passer par la « case » électricité.

Pour obtenir ce résultat, on a créé un prototype de réacteur solaire innovant. Ce réacteur est chauffé entre 800°C et 1.200°C grâce à un rayonnement solaire concentré. (Ce sont des dizaines de miroirs qui concentrent les rayons solaires sur un même endroit pour produire un effet de loupe).

A ces températures, l’installation, équipée d'absorbeurs solaires, dont le revêtement est spécifique, permet de cliver l'eau et de produire ainsi de l'hydrogène sans libérer de CO2. Les rendements atteints dépassent les attentes des chercheurs. Dans les mois qui viennent, les tests de production seront intensifiés pour optimiser l'efficience de l'installation. Pour l’instant, on en est à 100 kilowatts de puissance, mais on devrait facilement arriver à l'échelle du mégawatt. Le projet HYDROSOL est porté par un consortium d'acteurs allemands, espagnols, grecs, danois et britanniques. A suivre !!!