Les composés organiques volatils contenus dans les peintures, vernis et autres produits courants favorisent la formation d’ozone dans l’air que nous respirons. Certains d’entre eux, particulièrement toxiques, peuvent provoquer des allergies, voire des intoxications. Ces substances contribuent également à l’augmentation de l’effet de serre.
Les peintures naturelles sont des peintures de haute qualité et leur prix est comparable à leurs homologues synthétiques. Elles ont en outre, un rendement plus élevé car leur pouvoir de pénétration - grâce à l'huile de lin notamment - est plus important. Perméables à la vapeur d'eau, ces peintures « respirent » et ne sont pas électrostatiques. En achetant vos pots de peintures, vérifiez donc bien l'étiquette. De plus en plus de fabricants remplacent les solvants organiques par de l’eau. Toutefois, ces produits contiennent encore une faible quantité de solvants organiques (de 2 à 15%).
L’autre solution respectueuse de l’environnement consiste à utiliser les peintures végétales ; elles sont fabriquées avec des matières premières renouvelables comme l’huile de colza, l’essence d’agrumes, l’huile de lin ou l’essence de térébenthine. Il existe aujourd'hui toutes sortes de peintures « bios » pour l’intérieur ou l’extérieur et pour tout type de supports, d'impression, avec une finition laquée, mate ou satinée.
Un dernier conseil: si l’on doit utiliser une peinture non soluble à l’eau, le lavage du pinceau nécessitera du solvant et s’effectuera généralement dans le lavabo. Il est donc plus judicieux et plus écologique d’acheter un pinceau bon marché pour ensuite le jeter plutôt de le laisser tremper dans un produit aux émanations nuisibles pour la santé.