Cette société est partie d’un constat désolant. Dans les pays de la zone intertropicale, les paysans perdent en moyenne 30% de leur récolte faute de pouvoir la conserver dans des lieux réfrigérés. Pourtant, ce qui est aujourd'hui une contrainte pourrait bien devenir un atout. Les pays en zone aride bénéficient en effet d'un ciel clair et sec qui permet à la terre d'évacuer, la nuit, la chaleur qu'elle a accumulée pendant la journée.
Ce phénomène, appelé refroidissement radiatif, ou effet de serre inverse, est à l'origine, notamment, de la rosée et de la baisse des températures en altitude. Il s'agit surtout d'une source gratuite et inépuisable de froid. Trois ans de recherches ont été nécessaires, en collaboration avec le CNRS, pour identifier les matériaux susceptibles de déboucher sur une application industrielle.
Le système consiste à installer des tôles d'aluminium noir anodisé, à forte capacité radiative, en toiture de bâtiments classiques. Grâce à ce choix de matériau, le système canalise la nuit, le froid du cosmos, qui est ensuite stocké dans des réserves thermiques. L'idée est parfaitement valable sur le plan théorique mais seuls des tests en réel peuvent dire quels sont les bénéfices à attendre.
Afin de valider la démarche, la société a construit un hangar prototype au Burkina Faso, où elle est parvenue à maintenir une température de 20 à 30 degrés inférieure à la température extérieure. Un premier entrepôt alimentaire est en cours de construction au Niger. Il doit permettre aux agriculteurs locaux de stocker leur récolte d'oignons.

Non seulement ce système répond à un besoin d'équipement en systèmes de refroidissement, mais en plus il constitue une solution écologique qui génère un minimum de pollution. Le coût d'exploitation des greniers est très compétitif par rapport à un système de climatisation conventionnel. Les idées les plus simples sont souvent les moins polluantes.