C'est en injectant aux femelles pleines des hormones recueillies dans de l’urine de femme enceinte séchée, que l'on déclenche à la demande, la pontes des alvins. Les femmes enceintes produisent beaucoup d’hormones qu’elles rejettent dans leurs urines; il suffi donc de recueillir ces urines, de les déshydrater pour les mettre en doses administrables par injection aux mères Panga. Un tel traitement permet aux femelles Panga de produisent environ 500 000 Alvins par ponte.
L’élevage des poissons se fait ensuite dans de grands parcs sur le Mékong. Leur principale nourriture est une farine importée du Pérou, elle est élaborée à partir de cadavres de poissons mélangés à du Manioc, du Soja et à diverses céréales. Une nourriture qui n’a rien à voir avec celle que l'animal absorbe à l'état sauvage.
Une fois le gavage terminé, les fermiers n’ont plus qu’à relever leurs filets pour récupérer les fruits de leur élevage. Le poisson sera ensuite découpé en filet par des ouvriers chinois payés à la pièce puis, envoyé congelé par avion vers l'Europe.Excellent pour le climat...
Amateurs de poisson frais, bon appétit !
Vietnam, saga du panga / France 2 Pékin - Ma-Tvideo France2
Depuis deux ou trois ans, le filet de panga fait un malheur sur les étals des poissonniers et dans les hypermarchés, notamment du fait de son prix très compétitif. Ce que beaucoup de clients ignorent, c'est que ces filets ont beaucoup voyagé pour arriver en France. Le panga est un poisson d'élevage, de la famille du poisson-chat, qui provient quasi-exclusivement du delta du Mekong. Les vietnamiens ont litteralement "lancé" ce nouveau poisson sur le marché mondial dans les années 96-97, un poisson qui supporte une densite record, et qui grandit très vite, dans une eau à 28 degrés. C'est toute une industrie qui est née dans les 10 dernieres années grâce au panga, une industrie qui fait vivre des milliers de familles.