600 000 espèces animales et végétales identifiées dans le monde sont confrontées à une menace croissante d’extinction alors que les experts estiment que près de 6 à 12 millions d’espèces supplémentaires sont encore inconnues de la science.

L’ours polaire, dont le destin est lié à la mer de glace Arctique dont la fonte s'accélère chaque été, est le plus emblématique. Mais il ne faut pas oublier le manchot empereur, le renard arctique, le poisson rouge, le koala d’Australie et presque toutes les espèces de saumons. Toutes sont menacées de disparaître prochainement.

D’après l’UICN (Union internationale pour la Conservation de la Nature), « les êtres humains font partie intégrante de la biodiversité et ont le pouvoir de la protéger ou de la détruire. Actuellement, nos activités détruisent le monde naturel à un taux sans précédent à travers le changement climatique, la destruction de l’habitat, la surproduction agricole, la pollution et bien d’autres activités. Nous nous dirigeons vers une crise mondiale d’extinction des espèces».

Il est maintenant établi que la diversité biologique est la base d’un développement durable et du bien-être humain. Des ressources naturelles correctement gérées rendent service aux communautés, encouragent la croissance économique et aident à réduire la pauvreté. On a chiffré à des dizaines de millions de dollars le service de pollinisation rendu par les abeilles. Combien de stations d’épuration faudra-t-il construire pour remplacer les zones humides aujourd’hui asséchées ?
Une biodiversité en bonne santé est essentielle pour nous aider à nous adapter à des conditions changeantes dont le changement climatique. Nous avons oublié l’importance de la place qu’elle occupe dans nos vies quotidiennes, depuis la nourriture que nous mangeons jusqu’aux vêtements que nous portons, en passant pas les médicaments que nous utilisons. La plupart des sociétés aujourd'hui disparues avaient oublié cette évidence.