Le compteur d'électricité communicant, qui deviendra la norme en France à partir de 2012 pour adapter le réseau électrique aux défis du développement durable, ne permet pas aux ménages, d’après l’ADEME, de maîtriser leur consommation d'énergie.

Pourtant, ces " réseaux intelligents " doivent, notamment, intégrer au réseau les multiples sources d'énergies renouvelables, réduire la demande d'électricité, aplanir les pics générateurs de pannes...

Mais, pour atteindre cet objectif, il faut que les consommateurs soient informés en temps réel de leur consommation d'électricité via ce fameux «compteur communicant». Pour l’instant, le seul gagnant dans l’affaire serait EDF; ErDF facturerait ce compteur aux clients dont l'électricien récupérerait des informations de comportement exploitables commercialement sans que ce même client soit à même d’amortir son investissement par les économies générées. Car sans information en temps réel, le consommateur ne pourra pas réagir en conséquence...

Apparemment, on a du mal à comprendre le rôle d’un éco consommateur chez nos opérateurs historiques. A moins que ce soit la peur de voir des clients user de leur capacité à faire des choix. Là aussi, historiquement, c’est loin d’être une pratique courante...