Cette étude a été réalisée pour les industriels sucriers, la confédération des planteurs de betterave et les céréaliers à l'occasion des "premières rencontres du bioéthanol" organisées à Paris.
Les 3/4 des Français se disent prêts, "pour lutter contre le réchauffement climatique", à utiliser des carburants verts (contenant des biocarburants) "sachant que cet usage n'implique ni changement de véhicule ni modification de moteur", selon cette étude.
Quelque 56% se disent aussi "plutôt" ou "tout à fait" prêtes à étudier "l’option d’un véhicule flex-fuel fonctionnant au super éthanol et à l’essence" lors d'un prochain achat de véhicule.
Reste à prouver que l'empreinte écologique du bio éthanol ne soit pas trop forte sur le plan des consommations d'énergie et d'eau pour le fabriquer; sans parler de la concurrence sur les terres destinées à alimenter les personnes... On se souvient que cette concurrence aux Etats Unis, avait créé une baisse de la disponibilité des céréales dans le monde et des famines notamment aux Mexique et en Haïti.