Pour autant, elle connait une croissance soutenue depuis plusieurs années à tel point qu’en 8 ans, son volume s’est multiplié par trois. Ce marché progresse plus vite que celui de la maison Individuelle en général : +46% en depuis 2001 contre + 20% sur la marché global de la maison individuelle.

Mais la construction bois ne se limite pas seulement à la Maison individuelle. On trouve aujourd’hui tout type de construction et notamment de plus en plus de logements collectifs. Indépendamment des avantages liés au confort, la construction en bois recèle de nombreux atouts notamment sur le plan environnemental.

Utiliser du bois pour construire, c’est stocker du carbone pendant plusieurs dizaines d’années quand une construction classique composée de béton ou de brique, va participer à l’émission de gaz à effet de serre pour la production de ses matériaux.

C'est la raison pour laquelle, la construction en bois consomme très peu «d’énergie grise».
L’énergie grise représente la somme totale de l’énergie nécessaire à assurer l’élaboration d’un produit, de l’extraction du matériau brut, jusqu’à la mise en oeuvre du produit en intégrant aussi le transport et le traitement du déchet en fin de vie.

Pour se donner un exemple, une fenêtre en aluminium a un contenu en énergie grise 50 fois supérieur à une fenêtre en bois !

Tandis que le béton armé consommera 1,85 MWh/m3 d’énergie grise, le bois n’en consommera que 0,1 à 0,6 MWh/m3. Soit entre 3 fois et 18 fois moins !

Sans parler du fait que le volume du bois prélevé va reconstituer (si on lui en laisse le temps...) tandis que le béton utilise des matériaux non renouvelables.

Cette notion d’énergie grise apparait comme de plus en plus importante au fur et à mesure que la performance thermique de la construction est bonne.

Ainsi, il faudrait près de 100 années de fonctionnement pour amortir l’énergie grise nécessaire à la construction d’un bâtiment «passif» construit en matériaux autre que le bois !