Selon une étude publiée à l’occasion du World Economic Forum de Davos, non seulement l'investissement mondial dans les technologies et les infrastructures vertes continuerait de grimper, mais l'effort des pays du Sud aurait même dépassé celui des pays de l'OCDE en 2012. Les investissements des pays émergents ont progressé de 47 % entre 2004 et 2011 quand ceux de l'OCDE se contentaient de 27 %.

Le décrochage de l'OCDE se manifeste sévèrement dans le solaire et l'éolien. Les Etats-Unis ont coupé d'un tiers leurs financements dans les énergies renouvelables et l'Italie de plus de la moitié alors que dans le même temps, la Chine augmentait les siens de 20 % en un an, et l'Afrique du Sud les multipliait par 5.

L'investissement dans les énergies renouvelables était six fois plus élevé en 2010 qu'en 2004. Les 565 GigaWatts de puissance installés en renouvelable dans le monde dépassent de 50 % les capacités cumulées des centrales nucléaires. mieux, les investissements dans les centrales à combustible fossile ont été dépassés par les énergies vertes en 2012.

C’est tout le secteur de l'environnement qui est en train de profiter de ces évolutions; il devrait peser environ 1.000 milliards de dollars, soit l'équivalent de l'industrie aéronautique ou pharmaceutique, avec un taux de croissance de 6 %.

Même si les investissements dans les énergies renouvelables ont fini par fléchir de 11 % dans le monde en 2012, ce recul reste faible au regard des coupes sombres faites par les Etats dans les subventions allouées au solaire et à l’éolien.

Autre signe des temps, Avis a investit 500 millions de dollars dans une société de services (Zipcar) spécialisée dans l'auto-partage...

En attendant que l’OCDE sorte de son ornière financière, il serait donc sage d'orienter les futurs financements vers les marchés verts les plus dynamiques et les plus prometteurs que sont maintenant, les pays "émergents". 

Source : Journal Le Monde