Les modèles économiques prévoient tous une très forte progression de la consommation mondiale à l'horizon 2050 en raison notamment, de l'émergence des classes moyennes chinoise et Indienne.

Cette croissance attendue ne sera pas sans impact sur les ressources naturelles ; plus d'énergie, plus de matières premières, de matériaux de construction, de sol, d'eau...

Dans ces conditions, il convient dès maintenant, de réadapter fortement notre modèle économique pour "encaisser" ce choc. En tout premier lieu, il s'agit de passer d'une "économie linéaire" à une "économie circulaire".

À l'inverse de "l'économie linéaire" dans lequel les produits, fabriqués à partir de matières premières sont vendus, consommés puis jetés après utilisation, "l'économie circulaire" s'inscrit dans une logique alternative où le déchet devient une ressource; mieux, le produit est pensé dès son origine pour que les matières premières de ces composant puissent être réutilisées autant que de besoin.

Dans cet optique, la fondation Ellen MacArthur a présenté la seconde partie d'un rapport sur l'économie circulaire rédigé avec le cabinet de conseil McKinsey axé sur le secteur des "biens de consommation".

Car, en plus d'appliquer ce principe sur des biens durables comme la voiture, le téléphone le portable ou l'électroménager, à travers la location ou la ré-utilisation, il est tout aussi important de s'intéresser aux biens de consommation courante.

Le gisement est loin d'être neutre puisqu'il se chiffre à 800 kg de nourriture et de boisson, 120 kg d'emballages et 20 kg de vêtements et chaussures consommés chaque année par habitant dans les pays de l'OCDE... Tout ceci mobilise en effet 35 % des matières premières consommées, 60 % des dépenses de consommation des ménages et 90 % de la production agricole !

Une approche "circulaire" dans ce secteur permettrait d'atteindre jusqu'à 700 milliards de dollars une économie sur les matériaux; soit 1,1 % du PIB annuel mondial de 2010.


Toujours selon cette étude, ce modèle économique qui privilégie le recyclage et la réutilisation est potentiellement porteur d'opportunités de nouveaux marchés pour les entreprises. Ca peut aller de la valorisation des déchets alimentaires à la réutilisation des vêtements comme matériaux d'isolation, etc.

Cela suppose de faciliter le désir d'entreprendre dans ces domaines et d'accompagner fortement ce secteur.

Rappelons qu'en 2009, selon l'Agence Internationale de l'Energie (AIE), 557 milliards de dollars (422 milliards d’euros) ont été généreusement dépensés par les Etats pour prêter main forte aux acteurs pétroliers...