21 : pour 21ème Conférence des parties (Conférence Of the Parties).

195 : C’est le nombre d’Etats participants à la COP 21.

+2°C : c’est le seuil de réchauffement à ne pas dépasser d’ici la fin du siècle pour limiter les effets négatifs du réchauffement (sécurité alimentaire, emballement climatique et hausse du niveau des mers).

100 Milliards de $ : c’est le montant des fonds à mobiliser chaque année jusqu’en 2020 pour aider les pays à lutter contre le réchauffement (engagement pris à Copenhague). C’est une des clés de l’accord attendu à Paris.

400 ppm (Parties Par Million) : c’est le seuil de concentration du CO2 dans l’atmosphère à ne pas dépasser pour limiter les effets négatifs du réchauffement. A noter qu’il était de 270 ppm au 19ème siècle.

30% : c’est le taux de biodiversité qui sera perdue d’ici à la fin du siècle si le rythme actuel des émissions de gaz à effet de serre se poursuit.

7,8 pH : c’est le niveau d’acidité des océans prévisible d’ici 2100 si nous ne faisons rien. Cette acidification des océans mettra en danger une partie des espèces marines. Il est aujourd’hui de 8,1pH, c’est-à-dire déjà 30% de plus qu’à l’ère préindustrielle.

1 mètre : c’est l’élévation moyenne du niveau des mers attendu à la fin du siècle si le réchauffement se poursuit au rythme actuel.

400 millions : c’est la population qui vit à moins d’un mètre au dessus du niveau des mers. La pression est forte quand on sait que plus de la moitié des grandes villes de la planète sont portuaires.

40% : c’est la réduction minimum des émissions de Gaz à Effet de Serre à atteindre d’ici 2050 pour espérer rester sous le seuil des 2°C.

Pour en savoir plus : http://macop21.fr/