Économies d'énergie / Le trou dans la couche d’ozone pourrait ne pas se rétablir après tout. En fait, il pourrait devenir plus grand.

Le trou dans la couche d’ozone pourrait ne pas se rétablir après tout. En fait, il pourrait devenir plus grand.

Le trou dans la couche d’ozone de l’Antarctique s’est creusé au milieu du printemps au cours des deux dernières décennies, malgré l’interdiction mondiale des produits chimiques qui épuisent le bouclier terrestre contre le rayonnement solaire mortel, ont suggéré mardi de nouvelles recherches.

La couche d’ozone située entre 11 et 40 kilomètres au-dessus de la surface de la Terre filtre la majeure partie du rayonnement ultraviolet du Soleil, qui peut provoquer des cancers de la peau et des cataractes.

Depuis le milieu des années 1970, il a été constaté que des produits chimiques appelés chlorofluorocarbones (CFC) – autrefois largement utilisés dans les aérosols et les réfrigérateurs – réduisaient les niveaux d’ozone, créant des trous annuels en grande partie dans la région de l’Antarctique.

Le Protocole de Montréal de 1987, qui a interdit les CFC dans le but de combler le trou, est considéré comme une réussite pour la coopération environnementale internationale.

En janvier, une importante évaluation soutenue par l’ONU a révélé que l’accord fonctionnait. Il prévoit que la couche d’ozone devrait être restaurée aux niveaux de 1980 au-dessus de l’Antarctique d’ici 2066 environ.

A lire aussi :   Les criquets élevés en haute gravité deviennent incroyablement forts... jusqu'à un certain point :

Les trous plus petits au-dessus de l’Arctique devraient se rétablir d’ici 2045, et dans le reste du monde d’ici environ deux décennies.

Mais malgré la diminution des CFC, il n’y a pas encore eu de réduction significative de la zone couverte par le trou d’ozone de l’Antarctique, selon des chercheurs néo-zélandais à l’origine d’une nouvelle étude publiée dans la revue Nature Communications.

Et il y a eu moins d’ozone au centre du trou au fil du temps, ont-ils ajouté.

« Six des neuf dernières années ont connu des quantités d’ozone très faibles et des trous d’ozone extrêmement importants », a déclaré à l’AFP Annika Seppala, co-auteur de l’étude, de l’université d’Otago en Nouvelle-Zélande.

« Ce qui pourrait se produire, c’est que quelque chose d’autre se passe actuellement dans l’atmosphère – peut-être à cause du changement climatique – et cela masque une partie de la reprise », a-t-elle déclaré.

A lire aussi :   Une baisse extrême de l’oxygène étouffera un jour la plupart des formes de vie sur Terre

Carte thermique des concentrations d’ozone telles qu’elles apparaissaient le 10 octobre 2023. (Ozone Watch/NASA)

Des années inhabituelles

Le trou d’ozone au-dessus de l’Antarctique s’ouvre généralement en septembre et dure jusqu’en novembre, soit le printemps de l’hémisphère sud.

Les chercheurs ont déclaré que le trou s’était ouvert plus tard en septembre, ce qui indique une reprise, probablement due à des réductions de CFC.

Mais en octobre, lorsque le trou est souvent le plus grand, le niveau d’ozone dans la couche stratosphérique moyenne a diminué de 26 % entre 2004 et 2022, indique l’étude, citant des données satellitaires.

L’auteur principal de l’étude, Hannah Kessenich, a souligné que le Protocole de Montréal et les réductions de CFC étaient toujours « sur la bonne voie ».

Mais « dans l’ensemble, nos résultats révèlent que les récents et importants trous dans la couche d’ozone ne sont peut-être pas causés uniquement par les CFC », a-t-elle ajouté.

L’analyse exclut les données des années 2002 et 2019, lorsque « des éclats soudains du vortex polaire » ont conduit à des trous d’ozone nettement plus petits, a ajouté Kessenich.

A lire aussi :   Des éléphants « émotionnels » ont détruit une voiture pour protéger l'un de leurs bébés

Susan Solomon, spécialiste de l’ozone, qui n’a pas participé à l’étude, a déclaré à l’AFP que l’étude devait être considérée sous l’angle du fait que « les dernières années ont été assez inhabituelles ».

Solomon a dirigé des recherches antérieures montrant que le trou dans la couche d’ozone de 2020 avait été élargi de 10 % par les incendies de forêt massifs du « samedi noir » en Australie.

On pense également que la gigantesque éruption du volcan Hunga-Tonga-Hunga-Ha’apai au large des Tonga en 2022 a affecté les récents niveaux d’ozone.

Martin Jucker, un expert de l’Université australienne de Nouvelle-Galles du Sud, n’est pas convaincu par les résultats de l’étude.

« On peut se demander comment les auteurs peuvent supprimer 2002 et 2019 du record mais pas 2020-22, étant donné que toutes ces années se sont révélées dominées par des événements très spéciaux et rares », a-t-il déclaré.

© Agence France-Presse

Laisser un commentaire

Photo of author
Rédigé par : Elodie Ricolm
Bonjour ! Je m'appelle Elodie, j'ai 32 ans et je suis rédactrice web. Passionnée d'écologie, j'aime trouver des astuces pour un quotidien plus respectueux de l'environnement.