Économies d'énergie / L’aquamation : une méthode de crémation plus écologique

L’aquamation : une méthode de crémation plus écologique

L’aquamation est encore peu connue du public puisque cette pratique est interdite dans de nombreux pays dont la France. Elle a été mise en avant lors des funérailles de Desmond Tutu, une personnalité célèbre pour avoir milité contre l’apartheid et ayant reçu le prix Nobel de la paix en 1984. Cet archevêque sud-africain a choisi cette méthode de son vivant pour son côté écologique. Ci-après tout ce que vous devez savoir sur cette crémation peu polluante.

Qu’est-ce que l’aquamation ?

Egalement appelée hydrolyse alcaline, l’aquamation est une méthode funéraire écologique. Cette technique de crémation par l’eau est une bonne alternative puisque son impact sur l’environnement est très faible. Ce procédé nécessite très peu d’énergie et surtout il est efficace du point de vue sanitaire.

Non autorisée en France, l’hydrolyse alcaline commence à attirer de plus en plus de monde aux Etats-Unis, en Australie ou encore au Canada. Cette pratique est d’ailleurs homologuée dans ces pays. 

Le principe de l’aquamation

L’aquamation est une méthode de crémation qui n’utilise pas le feu. La chaleur, associée à une eau alcaline, va permettre de dissoudre les tissus du corps humain. L’intérêt de cette technique est qu’il ne produit aucun gaz carbonique donc peu polluante pour l’atmosphère.

A lire aussi :   Le changement climatique a-t-il un impact sur la puissance des tempêtes ?

Le procédé est simple. Après le décès, le défunt sera placé dans une machine en acier de forme cylindrique. Le corps baignera dans 300 litres d’eau mélangés avec une solution alcaline riche en potassium et en hydroxyde de sodium.

Lorsque l’appareil est sous pression, ce liquide est chauffé à une température avoisinant les 150°C. Ce processus va accélérer la dissolution des tissus et entrainera leur liquéfaction au bout de 10 à 12 heures. Graisses, protéines, peaux, muscles, sang, etc. seront résorbés à la fin du processus.

Lorsque l’aquamation est achevée, il ne restera que les ossements à l’intérieur du caisson. Ces derniers seront réduits en poussières puis mis dans une urne funéraire avant d’être remis à la famille. 

Pourquoi choisir l’aquamation ?

L’aquamation est un choix judicieux car elle est peu polluante pour l’environnement. L’appareil utilisé ne produit aucun gaz à effet de serre lorsqu’il est en marche. Il est alimenté par des ressources renouvelables et abondantes mais pas avec des combustibles fossiles. Peu énergivore, il consomme très peu d’énergie. 

Cette méthode constitue un bon choix car pendant l’aquamation, l’intimité et la dignité du défunt sont entièrement respectées. Il pourra être identifié du début jusqu’à la fin du processus. Seuls les professionnels disposant de l’installation nécessaire pourront proposer ce type de service.

A lire aussi :   L'éco-responsabilité : une voie vers un avenir durable

A la fin de l’aquamation, les ossements remis à la famille ne contiennent aucun agent pathogène ni de maladies. Les cendres gardées dans l’urne sont entièrement stériles. 

Quelques questions fréquemment posées sur l’aquamation

D’où vient l’aquamation ?

L’aquamation présente une grande ressemblance avec la tradition ancestrale utilisée autrefois par le peuple scandinave et les tribus d’Océanie et du Pacifique. Ils immergent le corps d’un défunt dans l’eau afin de le purifier. 

Lors des croisades, cette méthode funéraire a permis de ramener la dépouille des chevaliers tués par les ennemis. Les ossements sont conservés dans des sacs en cuir afin de ne pas encombrer les transporteurs puisque le voyage de retour dure plusieurs mois. 

A la fin du XXe siècle, l’aquamation est une pratique courante dans les abattoirs. D’une part, cette technique a permis d’éliminer les carcasses des animaux dans le but de réduire les déchets. Et d’autre part, elle a été utilisée pour éradiquer les épidémies en empêchant les virus et les bactéries de se propager.  

Que devient la solution aqueuse après l’aquamation ?

Lorsque le processus d’hydrolyse alcaline est terminé, les tissus du corps seront entièrement dissous dans l’eau. Cette solution aqueuse est entièrement stérile car elle ne renferme que du savon, des nutriments, du glucose et des acides aminés après l’aquamation. Par conséquent, elle pourra être évacuée dans les égouts, acheminée vers une usine de traitement des eaux usées puis déversée dans la rivière après son traitement. 

A lire aussi :   Y a-t-il des exclusions de garantie dans les contrats d'assurance en cas de tempête ?

Les produits alcalins peuvent-ils contaminer l’environnement après le processus ?

Lorsque l’aquamation est terminée, le potassium et l’hydroxyde de sodium rajoutés à l’eau seront complètement assimilés. La solution aqueuse qui se trouve à l’intérieur de l’appareil est entièrement stérile après cette pratique. Il n’y aura pas de déversement de produits chimiques dans l’environnement lors de l’évacuation de l’eau usée.

Combien coûte une aquamation ?

L’aquamation coûte moins chère par rapport aux autres méthodes funéraires pour deux raisons. D’une part, la famille du défunt sera dispensée de l’achat d’un cercueil. C’est une économie substantielle étant donné le prix de cet accessoire sur le marché.

Et d’autre part, la famille n’aura pas à payer la location d’une concession dans un columbarium, un cimetière ou un mausolée. Les ossements qui restent pendant l’hydrolyse alcaline pourront être conservés sous forme de poudre blanche dans une urne à la maison ou dispersés si telle a été la volonté du défunt.

Laisser un commentaire

Photo of author
Rédigé par : Mélissa Vignal
Bonjour ! Je m'appelle Mélissa, j'ai 29 ans et je suis Rédactrice web passionnée par les questions environnementales et écologiques. Adepte du zéro déchet, j'aime partager mes astuces pour un mode de vie plus respectueux de la planète.