Vous souffrez d’un taux d’humidité trop élevé dans votre maison ou dans vos locaux de travail ? Vous avez raison de vous en soucier. Outre l’inconfort généré, l’humidité provoque des problèmes de santé et abîme les matériaux de construction.
L’Observatoire de la qualité de l’air intérieur (OQAI) préconise un taux d’hygrométrie compris entre 40 et 60 % (écart étendu à 35-65 % pour les adultes de bonne constitution). Vous pouvez utiliser cet indicateur, en l’associant à l’observation active de votre maison. En effet, l’humidité localisée ne fait pas forcément grimper ce taux. Mais elle provoque, malgré tout, des moisissures ou du salpêtre, par exemple.
Alors, comment lutter efficacement contre l’humidité dans la maison ? Quelles sont les bonnes habitudes à mettre en place au quotidien ? Quand faut-il sortir l’artillerie lourde pour se débarrasser définitivement des problèmes d’humidité ?
Nous vous aidons à retrouver un habitat sain.

Les gestes simples pour limiter l’humidité dans la maison

Toute maison est potentiellement exposée à une humidité trop importante. La pièce la plus sensible est bien évidemment la salle de bain. Les douches quotidiennes, associées à une mauvaise ventilation, font grimper le taux d’hygrométrie. La preuve : vos serviettes de bain sèchent mal et sentent mauvais au bout de quelques jours.
Que l’humidité affecte une ou plusieurs pièces, il faut impérativement instaurer de bonnes habitudes pour résorber le souci. Il y a effectivement peu de chances que la situation se régule d’elle-même.

Pour limiter l’humidité intérieure et la formation de moisissures, voici nos conseils :

  • aérez chaque pièce quotidiennement ;
  • nettoyez vos bouches d’aérations deux fois par an, surtout avant l’hiver ;
  • mettez en route la ventilation en continu dans les pièces sensibles (salle d’eau) ;
  • créez une ouverture dans les placards qui sentent le renfermé (à l’arrière ou en décoration sur les portes) ;
  • laissez circuler l’air en ne surchargeant pas vos placards et en décalant les meubles des murs froids, surtout en hiver ;
  • lorsque c’est possible, optez pour un moyen de chauffage asséchant, comme le feu de bois ;
  • disposez des déshumidificateurs performants dans les pièces et videz leur réservoir chaque soir ;

Comment se débarrasser des moisissures ?

Les moisissures ont des spores volatils qui entraînent des pathologies respiratoires. Surveillez particulièrement les chambres des bébés et des personnes âgées, plus sensibles. Le mobilier moderne aux couleurs chatoyantes est souvent conçu dans des matériaux non-respirants. Si un meuble est accolé à un mur froid, l’humidité naturellement rejetée par la présence humaine, condense sur le mur. Il devient un environnement parfait pour le développement des moisissures. Jetez régulièrement un œil sous les matelas, qui accumule l’eau de la transpiration nocturne.
Si vous utilisez un lit au sol, retournez-le en journée ou posez le matelas sur un sommier sans pieds, pour qu’il puisse respirer.

Dans le cadre domestique, la solution la plus utilisée pour nettoyer efficacement les moisissures, c’est l’eau de Javel. Enfilez des gants, prenez une bassine d’eau et ajoutez un bouchon de produit. À l’aide d’une grosse éponge, frottez les surfaces infectées. Rincez à l’eau claire en procédant de la même manière. Optimisez le séchage en ouvrant les fenêtres pour libérer les composés toxiques, puis en chauffant la pièce. Ajoutez éventuellement un ventilateur.
Bien sûr, il faudra que le mur puisse supporter ce traitement. Il est possible que vous soyez amené à changer le revêtement.
Certains professionnels disposent de solutions plus écologiques ou adaptées à votre surface. Demandez-leur des renseignements sur leur façon de travailler.

Le diagnostic conseil humidité : pour prendre le problème à la source

Supprimer les manifestations de l’humidité ne suffira pas à régler le problème, sauf si le soucis est localisé et temporaire.
Pour comprendre vraiment d’où vient l’humidité, faire appel à un professionnel est judicieux. Certains proposent des diagnostics gratuits. Mais ils vous vendront par la même occasion leur propre service. Ce n’est donc pas un diagnostic objectif et exhaustif.
Pour avoir une vue d’ensemble complète et connaître les différentes possibilités d’action, un diagnostic conseil est préférable.
L’humidité peut provenir de différentes sources : le sol par des remontées capillaires, une fuite ou un défaut d’étanchéité, une mauvaise ventilation, etc.

Les solutions proposées seront plus ou moins coûteuses :
poser un drain ;
remplacer la VMC par un système de ventilation plus adapté et donc plus efficace ;
utiliser des isolants et matériaux de rénovation ou construction respirant ;
installer des déshumidificateurs performants, avec extraction de l’eau vers l’extérieur ;
changer le système de chauffage pour qu’il soit plus homogène ;
réparation des fuites.

La gestion de l’humidité peut coûter cher. Pensez à anticiper ce poste budgétaire, si vous désirez acheter ou rénover une maison. En cas de doute, demandez un diagnostic.

Comment rendre efficaces les solutions anti-humidité pas cher ?

Si votre problème d’humidité est de faible intensité, localisé ou temporaire, les solutions gratuites ou pas cher peuvent suffire. Les gestes cités plus haut associés à une surveillance accrue en hiver régleront vos soucis.

Si vous avez subi une inondation, rapprochez-vous de votre assurance. Ils sont généralement en mesure de financer un assèchement des murs, par un professionnel.

Si les problèmes d’humidité persistent ou si c’est votre habitation entière qui est touchée, engager quelques frais peut s’avérer la solution la plus économique à long terme :

  • vous ferez des économies de chauffage chaque année ;
  • vous ne jetterez plus de vêtements, matelas, mobilier parce qu’ils ont moisi ;
  • vous limiterez les frais de santé.

Bien sûr, vous gagnerez en confort au quotidien et vous éviterez des complications respiratoires. Acheter des déshumidificateurs pas cher, tenter des solutions fait maison, jeter des vêtements, de sacs en cuir, voire des meubles… Tout cela peut finalement revenir plus onéreux qu’une solution pertinente et efficace.

Le taux d’humidité fait partie des indices pris en considération pour évaluer la qualité de l’air, au même titre que les polluants. N’hésitez pas à consulter les brochures de l’ADEME pour avoir des conseils neutres concernant l’habitat sain.

Laisser un commentaire