Économies d'énergie / Le monde manque de tortues marines mâles :

Le monde manque de tortues marines mâles :

Les tortues vertes sont déjà une espèce en voie de disparition, principalement à cause du fait que les humains les chassent, récoltent leurs œufs, dégradent leurs habitats ou les emmêlent dans des déchets quelconques.

Mais ils sont également confrontés à une autre menace, plus insidieuse, de la part des humains : la perte des nouveau-nés mâles de l’espèce.

Vous savez probablement déjà que cela est en partie dû à la hausse des températures due au changement climatique – mais une nouvelle étude vient de révéler un autre problème d’origine humaine à l’origine de cette tendance.

Certains polluants peuvent favoriser la féminisation des tortues marines, explique l’auteur principal Arthur Barraza, toxicologue à l’Australian Rivers Institute de l’Université Griffith.

« Nos recherches montrent que le risque d’extinction dû au manque de tortues vertes mâles peut être aggravé par des contaminants qui peuvent également influencer le sex-ratio des tortues vertes en développement, augmentant ainsi la préférence pour les femelles », explique Barraza.

Les tortues vertes (Chelonia mydas) ont une vaste aire de répartition géographique, habitant les régions tropicales, subtropicales et tempérées des océans Atlantique, Pacifique et Indien, ainsi que de la mer Méditerranée.

Les nouveau-nés mâles sont désormais largement dépassés en nombre par rapport aux femelles, bien que le degré de déséquilibre varie selon les différentes parties de leur aire de répartition. Dans certains endroits plus chauds comme le nord de la Grande Barrière de Corail, affirment les chercheurs, des centaines de tortues femelles naissent désormais pour un mâle.

A lire aussi :   Les abeilles souffrent inutilement dans les ruches artificielles, selon une étude :

En effet, les tortues marines utilisent la détermination du sexe en fonction de la température, ce qui signifie que le sexe d’un embryon est déterminé par la température du sable autour de son œuf dans le nid, le sable plus chaud favorisant les femelles. À mesure que les températures augmentent dans le monde, les nouveau-nés mâles se raréfient.

Mais ce n’est pas le seul facteur impliqué dans la détermination du sexe, suggèrent les dernières recherches.

Dans la nouvelle étude, Barraza et ses collègues se sont concentrés sur les tortues vertes sur un site de surveillance à long terme sur l’île Heron, une petite baie de sable corallien située dans le sud de la Grande Barrière de Corail.

Selon les chercheurs, entre 200 et 1 800 femelles y nichent chaque année, et les nouveau-nés nés sur l’île ont un sex-ratio plus équilibré que ceux nés plus près de l’équateur, avec seulement deux ou trois femelles par mâle.

Les chercheurs ont étudié 17 couvées d’œufs de tortues vertes sur l’île, les collectant deux heures après que la mère les ait pondus, puis les réenfouissant à côté de sondes qui enregistreraient des données horaires de température à l’intérieur du nid et à la surface de la plage.

A lire aussi :   Ils peuvent détecter les champs électriques :

tortue verte sous l'eau(Université Griffith)

Lorsque les nouveau-nés ont émergé, les chercheurs ont enregistré leur sexe et les ont testés pour 18 métaux lourds comme le cadmium et le chrome, ainsi que des polluants organiques comme les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), les biphényles polychlorés (PCB) et les éthers diphényliques polybromés (PBDE).

« Ces contaminants sont tous connus ou soupçonnés de fonctionner comme des « xénoestrogènes » ou des molécules qui se lient aux récepteurs des hormones sexuelles féminines », explique l’auteur principal Jason van de Merwe, écologiste marin et écotoxicologue à l’Australian Rivers Institute.

Les tortues femelles accumulent ces contaminants sur leurs sites d’alimentation, explique van de Merwe.

« Au fur et à mesure que les œufs se développent en elle, ils absorbent les contaminants qu’elle a accumulés et les séquestrent dans le foie des embryons, où ils peuvent rester des années après l’éclosion », explique-t-il.

Sur l’île Heron, l’étude a révélé des rapports de masculinité variables entre les différentes couvées, mais la plupart des nids donnaient principalement des nouveau-nés femelles, rapportent les chercheurs.

Et le degré de prédominance des femelles dans chaque nid a montré une association avec les niveaux de xénoestrogènes chez les nouveau-nés, ont-ils découvert : des niveaux de polluants plus élevés dans le foie des nouveau-nés étaient corrélés à une plus grande prédominance des femelles dans leur nid.

Des recherches supplémentaires sont encore nécessaires pour déterminer si ces polluants contribuent aux différences de sex-ratio, mais cette association suscite déjà des inquiétudes, selon les chercheurs, compte tenu de la pénurie actuelle de nouveau-nés mâles et de l’éventail d’autres dangers auxquels sont confrontées les tortues marines.

A lire aussi :   Une superéruption récurrente découverte près de l'Italie pourrait à nouveau exploser :

« À mesure que le rapport des sexes se rapproche de 100 pour cent de femelles, il devient de plus en plus difficile pour les tortues femelles adultes de trouver un partenaire, ce qui est particulièrement important face au changement climatique qui rend déjà les plages de nidification plus chaudes et plus favorables aux femelles », explique Barraza. .

En plus de réduire les émissions de gaz à effet de serre, cette recherche suggère qu’un meilleur contrôle de certains polluants œstrogéniques pourrait offrir un autre moyen d’atténuer le déclin des nouveau-nés mâles.

« Déterminer quels composés spécifiques peuvent modifier les rapports de masculinité des nouveau-nés est important pour développer des stratégies visant à empêcher les polluants de féminiser davantage les populations de tortues marines », explique van de Merwe.

« Étant donné que la plupart des métaux lourds proviennent d’activités humaines telles que l’exploitation minière, le ruissellement et la pollution provenant des déchets urbains en général », ajoute-t-il, « la meilleure façon d’avancer est d’utiliser des stratégies à long terme fondées sur la science pour réduire la quantité de polluants entrant dans notre planète ». océans. »

L’étude a été publiée dans Frontiers in Marine Science.

Laisser un commentaire

Photo of author
Rédigé par : Elodie Ricolm
Bonjour ! Je m'appelle Elodie, j'ai 32 ans et je suis rédactrice web. Passionnée d'écologie, j'aime trouver des astuces pour un quotidien plus respectueux de l'environnement.