Économies d'énergie / Faut-il assurer son vélo électrique ?

Faut-il assurer son vélo électrique ?

Face à l’épidémie de Covid19, de plus en plus d’usagers de la route choisissent d’utiliser un vélo à assistance électrique – VAE comme moyen de transport. Malheureusement, leur mise en circulation a entrainé la hausse des accidents mais aussi des vols depuis quelques années. L’assurance est devenue incontournable mais sa souscription est-elle obligatoire ?

Les différents types de vélo à assistance électrique

Par définition, un VAE est un vélo doté d’un moteur électrique. Ce dispositif assiste l’utilisateur et facilite la conduite lorsqu’il devra dévaler des pentes. Le vélo à assistance électrique se classe parmi les moyens de transport les moins polluants du marché. Si vous souhaitez réduire votre empreinte carbone, n’hésitez pas à investir dans un VAE pour vos trajets quotidiens au lieu de prendre la voiture.  Il en existe actuellement deux modèles.

Le vélo à assistance électrique classique

Un VAE homologué doit remplir les quatre critères suivants. Premièrement, le moteur ne peut se mettre en marche que lorsque le conducteur pédale vraiment.

Deuxièmement, la puissance du moteur est limitée à 250 Watts. Troisièmement, le moteur doit stopper immédiatement lorsque la vitesse de roulage du vélo électrique atteint les 25 km/heure.

Et dernièrement, la mention « Conforme aux exigences de sécurité » doit être écrite avec une peinture indélébile sur le cadre du vélo électrique et être bien visible et lisible en même temps.

Pour ce genre de vélo à assistance électrique, la souscription d’une assurance n’est pas obligatoire. Elle reste toutefois très recommandée afin que vous soyez bien protégé en circulant avec en centre-ville.

Le vélo à assistance électrique rapide

Ce type de VAE est également appelé speed-bike. La puissance de son moteur est égale ou supérieure à 250 Watts. En outre, son moteur ne se coupe automatiquement que lorsque sa vitesse dépasse les 45 km/heure.

La règlementation en vigueur considère ce vélo électrique comme un cyclomoteur. La souscription d’une assurance est par conséquent obligatoire. Il en est de même pour le port de casque homologué. Ce véhicule à moteur doit comporter une plaque d’immatriculation ainsi qu’une carte grise.

A lire aussi :   Les voitures électriques sont-elles écologiques ?

Quelle assurance choisir pour son VAE ?

La garantie Responsabilité civile

En achetant un vélo à assistance électrique, vous n’êtes pas obligé de vous assurer pour le conduire. La garantie Responsabilité civile obligatoire comprise dans votre contrat multirisque habitation suffit largement à vous couvrir en cas d’accident ou de dommages matériels et corporels causées à un tiers. Vous pouvez toutefois renforcer votre couverture en souscrivant des contrats d’assurance spécialement dédiés aux VAE.

La garantie Accident de la vie

Elle vous est recommandée si vous utilisez votre vélo à assistance électrique de manière intensive. En cas de dommages corporels, l’assurance vous versera une indemnité en complément de votre assurance santé. Avant de signer le contrat, vérifiez scrupuleusement son contenu notamment les franchises et les exclusions : conduite nocturne, non port de casque, conditions d’entretien du vélo, compétition, etc.

La garantie contre le Vol, la Casse et le Vandalisme

La garantie Vol de votre contrat multirisque habitation couvre uniquement la perte de votre VAE à l’intérieur de votre logement ou de votre garage. C’est pour cette raison qu’il faudra souscrire une assurance pouvant protéger votre engin lors de vos déplacements extérieurs.

La prime d’assurance que vous allez payer pour ce contrat contre le Vol, la Casse et le Vandalisme dépendra de la valeur de votre vélo à assistance électrique et de son âge. Certains courtiers ou compagnies d’assurance exigent l’usage d’un certain type d’antivol tels que ceux agréés par la Fédération des Usagers de la Bicyclette – FUB ou labellisés Sécurité et Réparation Automobile – SRA au moment de laisser votre VAE dans un parking.

Les démarches à accomplir pour souscrire une assurance pour VAE

La première étape consiste à choisir un organisme : un agent général d’assurances, un courtier ou une compagnie d’assurances. N’hésitez pas à solliciter plusieurs entités afin de pouvoir effectuer un comparatif. Précisez le type de garanties dont vous souhaitez bénéficier dans le cadre de l’utilisation de votre vélo à assistance électrique ou VAE.

Lors de la seconde étape, l’assureur va vous soumettre un questionnaire que vous devez remplir avec exactitude. Celui-ci servira de base pour le calcul de la prime que vous allez devoir payer en fonction des risques encourus. Toute omission ou fausse déclaration doit être évitée car les deux peuvent entrainer de lourdes conséquences : réduction des indemnités, annulation du contrat, non remboursement des cotisations déjà payées, etc.

Vous trouverez dans la proposition de votre assureur un exemplaire du projet de contrat, une fiche sur les prix, les garanties qui vont avec et une notice détaillée. Ces documents vous renseigneront entre autres sur la limitation des garanties et les autorités compétentes en cas de litige.

A lire aussi :   Attelage : comment choisir son porte-vélo ?

La signature du contrat d’assurance termine le processus. Une fois que celui-ci sera ratifié et envoyé à votre assureur, vous ne pourrez plus changer d’avis. Il vous remettra en contrepartie une attestation ainsi qu’un exemplaire de constat à l’amiable vierge.

Le choix d’un vélo à assistance électrique

Vous êtes décidé à acheter un VAE ? Les critères suivants vous aideront à faire le bon choix.

La batterie

Pour votre vélo électrique, choisissez une batterie au lithium-ion ou Li-ion. Elle est dotée d’une grande autonomie, a la capacité de se recharger rapidement, possède une longue durée de vie et ne pèse pas très lourde.

Calculez précisément la capacité dont vous aurez besoin, entre 300 Wh et 600 Wh, car changer la batterie de votre vélo électrique vous coûterait cher si vous vous trompez. Sur certains modèles, cet élément est non amovible.

Le moteur

La puissance du moteur d’un VAE est de 250 Watts la plupart du temps. Lorsqu’il est placé dans le pédalier, vous bénéficierez d’une assistance progressive. Autrement dit, elle sera proportionnelle aux efforts que vous allez fournir. La sensation de conduite de ce modèle se rapproche de celle d’un vélo classique.

Avec un moteur localisé dans la roue arrière, l’assistance fournie sera « tout ou rien ». Très réactive, elle démarrera au quart de tour si bien que vous devez faire attention aux à-coups.

Le système de freinage

Vous aurez le choix entre :

  • les freins mécaniques à patins ou à disques ;
  • les freins hydrauliques à patins ou à disques.

Les premiers modèles sont très efficaces, coûtent moins chers et restent faciles à entretenir. Toutefois, leur activation demande une force importante. Les garnitures des disques ont besoin d’être changées une à deux fois par an si vous choisissez ce type de frein.

Les seconds sont plus coûteux mais restent faciles à activer en appuyant simplement avec vos doigts. Ils demandent également un entretien minutieux pour rester efficaces. Le circuit hydraulique doit être purgé au moins une fois par an afin d’éliminer les bulles d’air.

Le prix

Le prix d’un vélo à assistance électrique d’entrée de gamme tourne autour de 500€. Il est livré avec des équipements basiques.

Pour élargir votre choix, prévoyez un budget plus élevé c’est-à-dire entre 800€ et 1 400€. Avec ce montant, vous pouvez acquérir un VAE urbain ou un modèle tout-terrain.

A lire aussi :   Combien coûte un vélo électrique ?

Pour acquérir un vélo électrique bien équipé : freins, éclairages, ordinateur de bord, porte-bagage, etc., votre budget doit se situer entre 1 400€ et 3 000€.

Le fonctionnement d’une assurance vélo électrique

Pour couvrir votre responsabilité civile et pour votre couverture en cas d’accident, il est important de souscrire à une assurance pour vélo à assistance électrique. Cependant, il y a différentes conditions à remplir pour que cela fonctionne. En effet, il faut que l’équipement soit neuf ou que vous l’ayez acheté il y a peu de temps. Donc, avant même de faire un achat, pensez à trouver la bonne assurance.

Il convient également que vous adoptiez un bon dispositif antivol avant que les assureurs acceptent d’assurer votre vélo, notamment contre le vol. Bien sûr, il est également important que vous attachiez correctement le véhicule afin de garantir sa sécurité hors de la maison. Dans tous les cas, assurez-vous de bien lire le contrat d’assurance vélo à assitance électrique avant de signer.

Quelques conseils pour trouver la meilleure assurance pour votre VAE

Nous vous avons déjà parlé de tous les détails concernant les garanties. Alors, il est très important que vous entriez dans les détails de toutes les offres et de comparer afin de trouver la meilleure assurance. Les propositions doivent être complètes et claires. Bien entendu, privilégiez un assureur qui propose des plafonds d’indemnisation élevés. Néanmoins, attention au piège du prix intéressant qui cache une qualité de produits et de services médiocres.

La meilleure assurance est aussi celle qui peut s’adapter à votre situation et au vélo à assistance électrique que vous souhaitez assurer. Ce côté « sur mesure » devrait vous guider et vous mettre sur la bonne voie vers la meilleure compagnie d’assurance.

Les documents indispensables pour assurer un vélo électrique ou un speed bike

Pour assurer un vélo à assistance électrique classique, vous devez préparer certains documents. Rassurez-vous, il n’y a rien de difficile puisqu’il vous faut tout simplement préparer une pièce d’identité, un justificatif de domicile, la marque, le modèle et le numéro de série de votre VAE ainsi que la date d’achat et son prix. Il vous faut une identification du vélo si vous souhaitez l’assurer contre le vol.

S’il s’agit d’un speed bike, vous aurez besoin du formulaire Cerfa n° 13750*03. Il s’agit notamment d’une demande de certificat d’immatriculation. Il faut aussi une pièce d’identité, un justificatif de domicile, la facture d’achat originale ainsi que la photocopie du permis AM pour un pilote né après le 1er janvier 1988. S’il n’est pas obligatoire d’assurer un vélo électrique, il est recommandé de le faire.

Laisser un commentaire

Photo of author
Rédigé par : Mélissa Vignal
Je suis rédactrice web depuis un peu plus de 10 ans et je m'intéresse beaucoup à l'environnement et à l'impact que nous pouvons avoir à notre échelle. J'aime trouver des astuces économiques et écologiques et les partager avec les lecteurs.