Économies d'énergie / Les abeilles souffrent inutilement dans les ruches artificielles, selon une étude :

Les abeilles souffrent inutilement dans les ruches artificielles, selon une étude :

Selon mes nouvelles recherches, les abeilles domestiques des ruches artificielles souffrent peut-être inutilement du froid depuis plus d’un siècle, car la conception des ruches commerciales est basée sur des données scientifiques erronées.

Depuis 119 ans, la croyance selon laquelle la façon dont les abeilles se regroupent leur confère une sorte d’isolation évolutive est fondamentale pour la pratique apicole, la conception des ruches et l’étude des abeilles.

Plus récemment, les apiculteurs californiens ont même mis leurs colonies d’abeilles en chambre froide pendant l’été parce qu’ils pensent que c’est bon pour la santé du couvain.

Mais mon étude montre que le regroupement est un comportement de détresse plutôt qu’une réaction bénigne à la baisse des températures. Induire délibérément un regroupement par la pratique ou une mauvaise conception des ruches peut être considéré comme un manque de bien-être, voire de la cruauté, à la lumière de ces résultats.

Les colonies d’abeilles domestiques (Apis mellifera) n’hibernent pas. Dans la nature, ils hivernent dans des cavités d’arbres qui maintiennent au moins une partie de leur nombre au-dessus de 18 °C dans une large gamme de climats, y compris des hivers à -40 °C.

Mais la compréhension populaire de leur comportement d’hivernage est dominée par l’observation de leur comportement dans des ruches en bois minces (19 mm). Ces ruches artificielles ont des propriétés thermiques très différentes de celles de leur habitat naturel constitué de creux d’arbres aux parois épaisses (150 mm).

Passer l’hiver

Par temps froid, dans ces ruches à parois minces, les colonies forment des disques denses d’abeilles, appelés grappes, entre les nids d’abeilles. Le centre de ces disques (le noyau) est moins dense et plus chaud (jusqu’à 18 °C). C’est là que les abeilles produisent la plus grande partie de la chaleur en mangeant et en métabolisant le sucre du miel.

A lire aussi :   Un requin mégamouth enceinte s'échoue aux Philippines :

Les couches extérieures plus froides (manteau) produisent très peu de chaleur car la température corporelle des abeilles est trop basse. Si la température descend bien en dessous de 10 °C, les abeilles mourront.

Depuis 1914, des textes apicoles et des articles universitaires affirment que le manteau « isole » le noyau interne de la ruche. Cela signifiait que les apiculteurs considéraient le regroupement comme naturel, voire nécessaire.

Cette croyance a été utilisée dans les années 1930 pour justifier le maintien des abeilles mellifères dans des ruches à parois minces, même dans des climats de -30 °C. Cela a conduit, à la fin des années 1960 au Canada, à une pratique consistant à conserver les abeilles domestiques dans des chambres froides (4 °C) afin de les maintenir regroupées pendant l’hiver.

Dans les années 2020, les éleveurs réfrigèrent les abeilles en été pour faciliter le traitement chimique des parasites. Cela se produit partout aux États-Unis – par exemple dans l’Idaho, à Washington et en Californie du Sud.

En dehors des hivers froids, si les apiculteurs souhaitent traiter les infestations d’acariens, ils doivent normalement localiser la reine et la mettre en cage. Mais l’entreposage frigorifique permet aux apiculteurs d’éviter cette étape à forte intensité de main-d’œuvre, rendant ainsi leurs services commerciaux de pollinisation plus rentables.

A lire aussi :   Qu'est-ce que l'empreinte carbone ?

Luttant pour la chaleur

Cependant, mon étude a révélé que les manteaux de cluster agissent davantage comme un dissipateur thermique, diminuant ainsi l’isolation. Le regroupement ne consiste pas à envelopper une épaisse couverture pour se réchauffer, mais plutôt à une lutte désespérée pour se rapprocher du « feu » ou mourir. Le seul avantage est que le manteau aide à maintenir en vie les abeilles proches de l’extérieur.

À mesure que la température à l’extérieur de la ruche baisse, les abeilles autour du manteau se mettent en arrêt hypothermique et cessent de produire de la chaleur. Le manteau se comprime lorsque les abeilles tentent de rester au-dessus de 10 °C.

Le rapprochement des abeilles du manteau augmente la conductivité thermique entre elles et diminue l’isolation.

La chaleur tentera toujours de se déplacer d’une région plus chaude vers une région plus froide. Le taux de flux de chaleur des abeilles centrales vers les abeilles du manteau augmente, maintenant ces abeilles à l’extérieur du manteau à 10 °C (espérons-le).

Pensez à une doudoune : c’est l’espace d’air entre les plumes qui aide à garder celui qui la porte au chaud. Les amas d’abeilles sont similaires à l’action de comprimer une doudoune, par laquelle la conductivité thermique augmente finalement jusqu’à celle d’un solide dense de plumes, ressemblant davantage à une veste en cuir.

En revanche, lorsque les manchots se blottissent pendant l’hiver antarctique, ils gardent tous leur corps au chaud à des températures similaires et il y a donc peu ou pas de transfert de chaleur entre les manchots. Contrairement aux abeilles dans le manteau, il n’y a pas de pingouins en période d’hypothermie.

A lire aussi :   Cet adorable pingouin dort plus de 10 000 fois par jour :

Les universitaires et les apiculteurs ont négligé le rôle joué par la lame d’air invisible entre la ruche et la grappe.

Les fines parois en bois des ruches commerciales ne constituent guère plus qu’une frontière entre la lame d’air et le monde extérieur. Cela signifie que pour que les murs de la ruche soient efficaces, ils doivent être sensiblement isolants, comme 30 mm de polystyrène.

Cette mauvaise compréhension de l’interaction complexe entre l’enceinte de la colonie, les fluides thermiques (chaleur, rayonnement, vapeur d’eau, air) et le comportement et la physiologie des abeilles domestiques est le résultat du fait que les gens ne reconnaissent pas la ruche comme le phénotype étendu de l’abeille domestique.

D’autres exemples de phénotype étendu incluent une toile d’araignée et une mère de castor.

Il n’existe pratiquement aucune norme éthique pour les insectes. Mais il est de plus en plus évident que les insectes ressentent de la douleur. Une étude de 2022 a révélé que les bourdons réagissent à des stimuli potentiellement nocifs d’une manière similaire aux réponses à la douleur chez les humains.

Il est urgent de modifier les pratiques apicoles afin de réduire la fréquence et la durée des regroupements.La conversation

Derek Mitchell, doctorant en génie mécanique, Université de Leeds

Cet article est republié à partir de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lisez l’article original.

Laisser un commentaire

Photo of author
Rédigé par : Elodie Ricolm
Bonjour ! Je m'appelle Elodie, j'ai 32 ans et je suis rédactrice web. Passionnée d'écologie, j'aime trouver des astuces pour un quotidien plus respectueux de l'environnement.