Des tests effectués en Allemagne montrent non seulement une concentration, mais aussi des taux record d'émissions de polluants dans l'habitacle des automobiles.

Plus d’une centaine de substances chimiques ont été relevées dans l’habitacle de trois voitures (deux neuves, une d’occasion) de constructeurs différents. Les examens ont également montré un taux d’émission dépassant de loin les recommandations en vigueur de la médecine environnementale en Allemagne. Matières plastiques, laques, colles, textiles, cuir artificiel, etc., la liste des produits incriminés est longue.

Les tests ont en effet montré une concentration de composés organiques volatils (COV) atteignant 15 000 microgrammes par mètre cube quand l’institut de recherche écologique allemand pose, lui, une limite à l’exposition aux COV de…100 microgrammes par mètre cube.

Par dessus le marché, un perturbateur endocrinien, le N-Methyl-Pyrrolidon, ainsi qu’un composé chimique hautement cancérigène, le dichlorpropanole, ont également été décelés, et cela, à une concentration allant jusqu’à 80 microgrammes par mètre cube. Pour les spécialistes, le seuil des 80 microgrammes n’est pas tolérable, que ce soit dans l’habitacle d’un véhicule ou dans l’air intérieur d’une maison d’autant qu’il s’agit d’un composé cancérigène, classé comme très dangereux. Ils mettent par ailleurs en garde contre des « troubles graves de la santé » dus aux expositions de COV et autres composés chimiques dans les véhicules comme des troubles respiratoires, des maux de tête, mais aussi un sentiment de torpeur, de nausées, ou de problème de concentration…
Autant de symptômes qui peuvent affecter la conduite et bien sûr, la santé des conducteurs et des passagers tandis que les constructeurs recommandent d’aérer de manière conséquente les véhicules avant de conduire… Ils ne manquent pas d’air ; le tout est d’en connaître la qualité !...