L’Inde reste en grande partie une économie rurale dépendante de la mousson; or, sa défaillance en 2009 a aggravé la sécheresse endémique de certaines régions ; au Rajasthan, par exemple, les autorités ont dû décréter une réduction de 36 % des terres à blé. Les denrées de base ont augmenté de presque 20% en moyenne.

Au-delà de l’agriculture, l’eau est un élément-clef de l’ensemble de l’économie du pays. La croissance démographique combinée à la croissance économique, n’en fini pas de peser lourdement sur les ressources naturelles dont l’eau. Si ce rythme perdure, en 2030, le pays ne pourrait subvenir qu’à 50% de ces besoins.

Dans certaines régions, les pompages excessifs pour l’agriculture, l’industrie ou la vie quotidienne ont mené les nappes phréatiques au bord de l’épuisement alors que les moussons de plus en plus capricieuses ne suffisent plus à les recharger. L’état des eaux de surface est tout aussi préoccupant en raison là aussi des pompages excessifs mais aussi de la pollution industrielle et citadine.

Si l’accès à l’eau potable dans les campagnes a reculé de 95% à 66% en quatre ans, il est d’avantage accessible pour 91% des citadins, mais très souvent, au prix d’un rationnement drastique. Dans certaines villes, l’eau n’est disponible seulement une heure par jour.

Certaines pratiques industrielles n’arrangent pas les choses. Nestlé Waters et Coca-Cola ont massivement investi le marché indien de l’eau en bouteille et font allègrement main basse sur un bien public en dépit des nombreuses protestations de la population.

En 2005, un rapport de la Banque mondiale prévoyait un quasi-assèchement des réserves hydriques des métropoles indiennes vers 2020. Le rapport du «2030 Water ressources Group» estime, lui, que la demande en eau des villes, des ménages et des agriculteurs indiens devrait doubler d’ici 2030, et celle des industries quadrupler. Si un tel scénario se réalise, l’Inde doit s’attendre à voir les déficits s’aggraver et les rivalités s’accroître autour de cette ressource convoitée.
Ceci sans parler des pays voisins dont la Chine, qui se servent aux mêmes sources !...

Source: Le Monde Diplomatique