ceux qui s’accrochent au modèle ancien qui pourtant montre tous les jours ses limites : taux de cancer élevé chez les agriculteurs, bas revenus, pollution des sols et de l’eau, mal bouffe,…) et ceux qui ont compris qu’il faut changer et aller vers des modes de production plus respectueux des hommes et de la nature.

Au milieu, le consommateur a son mot à dire car par ses choix, il peut aider à accélérer la mutation vers une agriculture et une alimentation durable.

Comment ? En expérimentant dès maintenant une ou plusieurs de ces solutions :

1. Acheter local : choisir la vente directe à la ferme ou dans des coopératives

2. Manger de saison : éditer le calendrier des légumes, poissons et fruits de saisons

3. Eviter les espèces menacées : par exemple consulter le site de WWF pour les repérer

4. Consommer moins de viande et de meilleure qualité : identifier un bon producteur près de chez vous ou demander à son boucher

5. Choisir les produits « Bio » le plus souvent possible

6. Penser aux protéines végétales : une portion de riz mélangée à une portion de lentilles donne un plat de protéines

7. Eviter le gaspillage alimentaire : bien doser, accommoder les restes

8. Préférer les labels « Commerce Equitable » pour les produits lointains

9. Imaginer des recettes sans énergie : menu crudivore, cuisson solaire en été

10. Tester les insectes, ils sont source de protéine : à l’apéro pour commencer ☺

Si vous souhaitez venir parler d’alimentation durable et déguster des recettes qui répondent aux 10 critères, je vous invite à nous rejoindre le samedi 26 septembre au lycée professionnel hôtelier François BISE de Bonneville dans le cadre du concours de cuisine « les Toques Ethiques ». Pour en savoir plus sur le programme de la journée : www.prioriterre.org (rubrique Agenda).

A bientôt !